11 - Peinture a fresque

11.5 – Peinture a fresque

Au dix-septième siècle, l’école bolonaise, après être longtemps restée imitatrice, après avoir longtemps erré pour trouver sa voie propre, se manifeste tout à coup, franchement personnelle, sous l’impulsion des Carrache, qui, appelés à Rome, couvrent les murs de la galerie Farnèse de fresques auxquelles nulles autres ne sauraient être comparées, comme éclat, comme puissance des effets. Il en faut dire autant des œuvres de leurs élèves : le Martyre de saint Sébastien, à Sainte-Marie des Anges; les Miracles de saint Nil, à Grotta-Ferrata; la Mort de sainte Cécile, à Saint-Louis des Français, par le Dominiquin; l’Aurore, par le Guèrchin, à la villa Ludovisi; le Char du Soleil, par le Guide, au palais Rospigliosi, etc.

Premier tableau des loges de Raphaeël : Dieu créant le ciel et la terre.
Premier tableau des loges de Raphaeël : Dieu créant le ciel et la terre.

Luca Giordano, peintre napolitain, auteur de la galerie du palais Riciardi,à Florence, et des fresques d’un grand nombre d’églises d’Italie et d’Espagne, ne doit pas être oublié; et il faut signaler avec lui Pierre de Cortone, de l’école romaine, qui se fit remarquer surtout par les plafonds du palais Barberini, à Rome.

Il faudrait encore nommer les féconds producteurs des écoles génoise et parmesane, Lanfranc, Carloni, Francavilla; mais l’heure de la décadence était sonnée, lorsque ces artistes parurent; on leur trouve plus d’audace que de talent : ils visent au grandiose, et n’arrivent qu’au gigantesque; le pinceau est habile, mais rame inspiratrice manque d’ardeur ou de conviction : en dépit de leurs efforts, la fresque s’amoindrit sous leur pinceau , et depuis elle ne fait que dépérir, pour tomber peu à peu dans l’anéantissement.

Ne quittons pas la terre classique des beaux-arts, sans mentionner un procédé de peinture qui se rattache étroitement à la fresque, et qui porte le nom caractéristique de sgraffito (littéralement égratignure). Cette peinture, ou plutôt ce dessin (car ses ouvrages avaient l’aspect d’un grand dessin au crayon noir), plus ordinairement employé à l’extérieur des édifices, s’obtenait

Second tableau des Loges de Raphaël : Dieu créant le soleil.
Second tableau des Loges de Raphaël : Dieu créant le soleil.

en recouvrant le mur d’abord d’un enduit noir, puis d’une seconde couche blanche, et en enlevant ensuite avec un instrument de fer la seconde couche,de façon à mettre à découvert par places le fond noir. Le plus important des travaux exécutés ainsi est la décoration de la maison conventuelle des chevaliers de Saint-Etienne, à Pise, œuvre de Vasari, à qui d’ailleurs on a plus d’une fois attribué, mais à tort, l’invention du sgraffito, usité bien longtemps avant lui.

Nous ne nous sommes guère occupé jusqu’ici que de l’Italie et des artistes italiens; pourtant nous en avons presque fini avec l’historique sommaire de

Peinture à Fresque du Quinzième siècle, dans l'ancienne chapelle de Saint-Jean et Saint-Paul à Gand, représentant la Confrérie des arbalétriers.
Peinture à Fresque du Quinzième siècle, dans l’ancienne chapelle de Saint-Jean et Saint-Paul à Gand, représentant la Confrérie des arbalétriers.

la fresque. Pour trouver en France quelques travaux remarquables à signaler en ce genre, il faut que nous atteignions les époques où l’Italie envoie Simon Memmi décorer le palais des papes à Avignon , et le Rosso et le Primatice, celui des rois à Fontainebleau.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *